L’arthrose à la base du pouce est une affliction relativement courante. 2 millions de Français en sont atteints, en particulier les femmes à partir de 50 ans. Elle se manifeste par des douleurs et des gênes à la base du pouce et peut se présenter sur les deux mains. Il n’y a pas de cause claire et évidente pour expliquer l’apparition de la rhizarthrose, néanmoins, il existe des solutions pour soulager la douleur et traiter la maladie.

Les symptômes de la rhizarthrose

L’arthrose du pouce est une maladie qui s’installe avec le temps de manière progressive et va handicaper et entraver les mouvements de la personne au fur et à mesure. Le premier symptôme évident est tout simplement la douleur. La personne atteinte va la ressentir lors de ses mouvements du quotidien, des douleurs plus ou moins importantes selon le geste. On peut également ressentir une limitation de la mobilité, une perte de force ou une déformation au niveau de la base du pouce.

En cas de doute, le plus simple est évidemment de se rendre auprès d’un médecin pour établir un diagnostic. Des examens et des radios sont généralement nécessaires afin de s’assurer qu’il s’agisse bien d’arthrose en regardant l’intérieur de l’articulation et éventuellement observer le stade de la maladie.

Les traitements possibles

La rhizarthrose n’est pas une affection qui se guérit, mais il est possible de la traiter et de soulager ses effets. On peut tout d’abord prescrire des médicaments afin de soulager la douleur. On peut également utiliser des attelles pour immobiliser le pouce afin de pouvoir continuer à faire les mouvements et maintenir le pouce dans une bonne position même pendant la nuit. Selon l’évolution de la maladie, on va porter une attelle de manière permanente afin de limiter la douleur ou les complications. Il est également possible de faire des infiltrations afin de soulager des inflammations ou éviter des chirurgies.

Les chirurgies possibles

Lorsque les traitements médicaux ne sont pas suffisamment efficaces, on peut alors envisager un traitement chirurgical. Il existe plusieurs opérations selon l’âge du patient, son activité ou encore l’évolution de sa maladie. On peut envisager une section de tendons, ce qui a pour but de stopper l’évolution de l’arthrose dans ses formes débutantes. On peut également, selon des cas particuliers, complètement bloquer l’articulation pour empêcher toute évolution à cause des mouvements.

Une autre solution que les chirurgiens peuvent tenter est de retirer l’os touché et de réaliser une ligamentoplastie avec un ligament voisin. Cela s’appelle une trapézectomie, ce qui va engendrer par la suite une plus longue période de convalescence. Enfin, dans les situations où l’arthrose est particulièrement développée, on peut venir fixer une prothèse articulée directement dans l’os, c’est une prothèse trapézo-métacarpienne. Dans tous les cas, la chirurgie sera choisie en fonction de la situation, des besoins et du stade de l’arthrose. Il faut également savoir qu’il y a ensuite une immobilisation nécessaire du pouce, puis de la rééducation à prévoir. Cela peut prendre quelques mois jusqu’à récupérer les fonctions normales de l’articulation.