Pyélonéphrite aiguë avec ou sans fièvre : symptômes & traitement
4.3 (85.45%) 33 votes

Comprendre la pyélonéphrite

La pyélonéphrite aiguë est une infection rénale soudaine et grave. Elle fait gonfler les reins et peut les endommager de façon permanente. La pyélonéphrite peut mettre la vie en danger.

En cas d’attaques répétées ou persistantes, on parle de pyélonéphrite chronique. La forme chronique est rare, mais elle survient plus souvent chez les enfants ou les personnes souffrant d’obstruction urinaire.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes apparaissent habituellement dans les deux jours suivant l’infection. Les symptômes les plus fréquents sont les suivants :

  • une fièvre supérieure à 38,9 °C (102 °F)
  • douleur dans l’abdomen, le dos, le côté ou l’aine
  • urination douloureuse ou brûlante
  • urine trouble
  • pus ou sang dans l’urine
  • uriner de façon urgente ou fréquente
  • urine nauséabonde et nauséabonde

D’autres symptômes peuvent inclure :

  • tremblements ou frissons
  • nausée
  • vomissement
  • douleur ou malaise général
  • épuisement
  • peau hydratée
  • confusion mentale

Les symptômes peuvent être différents chez les enfants et les personnes âgées que chez les autres personnes. Par exemple, la confusion mentale est courante chez les personnes âgées et est souvent leur seul symptôme.

Les personnes atteintes de pyélonéphrite chronique peuvent ne présenter que des symptômes bénins ou même ne présenter aucun symptôme visible.

Quelles en sont les causes ?

L’infection commence habituellement dans les voies urinaires inférieures sous forme d’infection des voies urinaires (IVU). Les bactéries pénètrent dans le corps par l’urètre et commencent à se multiplier et à se propager jusqu’à la vessie. De là, les bactéries traversent les uretères jusqu’aux reins.

Les bactéries comme E. coli causent souvent l’infection. Cependant, toute infection grave de la circulation sanguine peut également se propager aux reins et provoquer une pyélonéphrite aiguë.

Existe-t-il des facteurs de risque ?

Pyélonéphrite aiguë

Tout problème qui interrompt l’écoulement normal de l’urine entraîne un risque accru de pyélonéphrite aiguë. Par exemple, un appareil urinaire de taille ou de forme inhabituelle est plus susceptible d’entraîner une pyélonéphrite aiguë.

De plus, l’urètre des femmes est beaucoup plus court que celui des hommes, de sorte qu’il est plus facile pour les bactéries de pénétrer dans leur corps. Cela rend les femmes plus sujettes aux infections rénales et les expose à un risque accru de pyélonéphrite aiguë.

Parmi les autres personnes qui courent un risque accru, mentionnons :

  • toute personne souffrant de calculs rénaux chroniques ou d’autres problèmes rénaux ou vésicaux
  • personnes âgées
  • les personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme les personnes atteintes de diabète, du VIH/sida ou du cancer
  • les personnes souffrant de reflux vésico-urétéral (une condition où de petites quantités d’urine remontent de la vessie vers les uretères et les reins)
  • les personnes ayant une prostate hypertrophiée

D’autres facteurs qui peuvent vous rendre vulnérable à l’infection comprennent :

  • utilisation du cathéter
  • examen cystoscopique
  • chirurgie des voies urinaires
  • certains médicaments
  • dommages aux nerfs ou à la moelle épinière

Pyélonéphrite chronique

Les formes chroniques de la maladie sont plus fréquentes chez les personnes souffrant d’obstruction urinaire. Ceux-ci peuvent être causés par des IVU, un reflux vésico-urétéral ou des anomalies anatomiques. La pyélonéphrite chronique est plus fréquente chez les enfants que chez les adultes.

Diagnostic de la pyélonéphrite

Tests d’urine

Un médecin vérifiera la présence de fièvre, de sensibilité dans l’abdomen et d’autres symptômes courants. S’ils soupçonnent une infection rénale, ils demanderont une analyse d’urine. Cela les aide à vérifier la présence de bactéries, de concentration, de sang et de pus dans l’urine.

Tests d’imagerie

Le médecin peut également demander une échographie pour rechercher la présence de kystes, de tumeurs ou d’autres obstructions dans les voies urinaires.

Pour les personnes qui ne répondent pas au traitement dans les 72 heures, un tomodensitogramme (avec ou sans colorant injectable) peut être commandé. Ce test permet également de détecter les obstructions dans les voies urinaires.

Imagerie radioactive

Un test à l’acide dimercaptosuccinique (DMSA) peut être prescrit si votre médecin soupçonne une cicatrisation due à une pyélonéphrite. Il s’agit d’une technique d’imagerie qui permet de suivre une injection de matière radioactive.

Un professionnel de la santé injecte le produit par une veine dans le bras. La matière se rend ensuite jusqu’aux reins. Les images prises lors du passage de la matière radioactive dans les reins montrent des zones infectées ou cicatrisées.

Traitement de la pyélonéphrite

Antibiotiques

Les antibiotiques sont la première ligne d’action contre la pyélonéphrite aiguë. Cependant, le type d’antibiotique choisi par votre médecin dépend de la possibilité ou non d’identifier la bactérie. Sinon, un antibiotique à large spectre est utilisé.

Bien que les médicaments puissent guérir l’infection en 2 à 3 jours, le médicament doit être pris pendant toute la période de prescription (habituellement 10 à 14 jours). C’est vrai même si vous vous sentez mieux.

Les options antibiotiques sont :

  • lévofloxacine
  • ciprofloxacine
  • cotrimoxazole
  • ampicilline

Admission à l’hôpital

Dans certains cas, la pharmacothérapie est inefficace. En cas d’infection rénale grave, votre médecin peut vous hospitaliser. La durée de votre séjour dépend de la gravité de votre état et de votre réponse au traitement.

Le traitement peut comprendre une hydratation intraveineuse et des antibiotiques pendant 24 à 48 heures. Pendant votre séjour à l’hôpital, les médecins surveilleront votre sang et votre urine pour suivre l’infection. Vous recevrez probablement de 10 à 14 jours d’antibiotiques oraux à prendre après votre sortie de l’hôpital.

Chirurgie

Les infections rénales récurrentes peuvent résulter d’un problème médical sous-jacent. Dans ces cas, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire pour éliminer toute obstruction ou pour corriger tout problème structurel dans les reins. Une intervention chirurgicale peut également être nécessaire pour drainer un abcès qui ne répond pas aux antibiotiques.

En cas d’infection grave, une néphrectomie peut être nécessaire. Dans cette procédure, un chirurgien enlève une partie du rein.

Pyélonéphrite chez la femme enceinte

La grossesse entraîne de nombreux changements temporaires dans l’organisme, y compris des changements physiologiques dans les voies urinaires. L’augmentation de la progestérone et de la pression sur les uretères peut entraîner une augmentation du risque de pyélonéphrite.

La pyélonéphrite chez les femmes enceintes nécessite généralement une hospitalisation. Elle peut menacer la vie de la mère et du bébé. Elle peut également augmenter le risque d’accouchement prématuré. Les femmes enceintes sont traitées avec des antibiotiques bêta-lactamines pendant au moins 24 heures jusqu’à ce que leurs symptômes s’améliorent.

Pour prévenir la pyélonéphrite chez les femmes enceintes, une culture d’urine devrait être effectuée entre la 12e et la 16e semaine de grossesse. Une infection urinaire qui ne présente pas de symptômes peut entraîner le développement d’une pyélonéphrite. La détection précoce de l’infection urinaire peut prévenir l’infection rénale.

La pyélonéphrite chez l’enfant

Selon l’American Urological Association, aux États-Unis, plus d’un million de visites chez le pédiatre sont effectuées chaque année pour des IVU pédiatriques. Les filles courent un risque accru si elles ont plus d’un an. Les garçons sont plus à risque s’ils en ont moins d’un, surtout s’ils ne sont pas circoncis.

Les enfants atteints d’IVU ont souvent de la fièvre, de la douleur et des symptômes liés aux voies urinaires. Un médecin devrait traiter ces symptômes immédiatement avant qu’ils ne se transforment en pyélonéphrite.

La plupart des enfants peuvent être traités avec des antibiotiques oraux en consultation externe. Pour en savoir plus sur les infections urinaires chez les enfants.

Complications potentielles

Une complication possible de la pyélonéphrite aiguë est une maladie rénale chronique. Si l’infection se poursuit, les reins peuvent être endommagés de façon permanente. Bien que rare, il est également possible que l’infection pénètre dans la circulation sanguine. Cela peut entraîner une infection potentiellement mortelle appelée septicémie.

D’autres complications incluent :

  • infections rénales récurrentes
  • l’infection se propageant aux zones autour des reins
  • insuffisance rénale aiguë
  • abcès rénal

Prévention de la pyélonéphrite

La pyélonéphrite peut être une maladie grave. Communiquez avec votre médecin dès que vous soupçonnez une pyélonéphrite ou une IVU. Cette condition nécessite une attention médicale rapide, donc le plus tôt vous commencerez le traitement, le mieux ce sera.

Conseils de prévention

  1. Buvez beaucoup de liquides pour augmenter la miction et éliminer les bactéries de l’urètre.
  2. Uriner après les rapports sexuels pour aider à éliminer les bactéries.
  3. Essuyer de l’avant vers l’arrière.
  4. Évitez d’utiliser des produits qui peuvent irriter l’urètre, comme les douches ou les vaporisateurs féminins.
Leave a comment