Hernie hiatale : causes, symptômes & traitement
4.8 (96.3%) 27 votes

Une hernie hiatale se produit lorsque la partie supérieure de l’estomac passe à travers le diaphragme – le muscle qui sépare la poitrine et l’abdomen.

Sur le diaphragme se trouve une petite ouverture, appelée hiatus, par laquelle passe votre tube d’alimentation (œsophage). Si l’estomac passe par cette ouverture, les aliments et les acides peuvent s’écouler dans l’œsophage, provoquant des brûlures d’estomac, des indigestions et des douleurs. Bien que les médicaments en vente libre et les médicaments d’ordonnance, y compris les antiacides et les bloqueurs d’acide, puissent traiter les symptômes gastro-intestinaux connexes, une perte de poids et des changements alimentaires sont nécessaires pour réduire tous ensemble le reflux. Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire dans les cas graves.

Symptômes de la hernie hiatale

Plus de la moitié des personnes ayant reçu un diagnostic de hernie hiatale ne présenteront aucun symptôme. Pour ceux qui le font, le reflux d’acide gastrique ou d’air dans l’œsophage en sera la principale raison. Les symptômes peuvent varier considérablement selon le type de hernie dont vous souffrez.

Une hernie hiatale glissante est un type de hernie dans lequel la jonction de l’œsophage et de l’estomac (appelée jonction gastro-oesophagienne) et une partie de l’estomac dépassent dans la cavité thoracique. De telles hernies sont appelées  » glissades  » parce que la partie hernie de l’estomac peut glisser d’avant en arrière dans la cavité lorsque vous avalez.

La plupart des petites hernies glissantes ne causent aucun symptôme. Si des symptômes apparaissent, ils comprennent habituellement :

  • Brûlures d’estomac
  • Indigestion
  • Régurgitation
  • Éructation
  • hoquet
  • Nausées et vomissements

Une hernie para-œsophagienne est un type d’hernie moins fréquent mais plus grave dans lequel seul l’estomac pousse dans la cavité thoracique. De telles hernies peuvent souvent provoquer l’immobilisation de la nourriture dans l’œsophage ou la torsion de la nourriture, ce qui coupe l’approvisionnement en sang.

Cela dit, la plupart des hernies para-œsophagiennes ne causent pas de symptômes si elles sont petites. S’ils grossissent et commencent à comprimer l’œsophage, ils peuvent causer un blocage de la nourriture au milieu de la poitrine lorsque vous essayez d’avaler. Si la hernie s’enfonce encore plus profondément dans la cavité thoracique, elle peut provoquer un blocage (incarcération) dans le hiatus et y conduire :

  • Douleur à la poitrine après avoir mangé
  • Douleur et distension dans la partie supérieure de l’abdomen
  • Douleurs thoraciques aiguës qui ne peuvent pas être traitées avec des antiacides
  • Difficulté à avaler (dysphagie)
  • Essoufflement (dyspnée)
  • Incapacité de roter
  • Vomissements évoluant vers des rétractions non productives
  • Selles noires ou goudronneuses
  • Vomissements de sang

Ce sont tous des signes d’une hernie hiatale incarcéré, une condition qui peut conduire à l’étranglement de l’irrigation sanguine et à la perforation gastrique. Une hernie incarcérée devrait toujours être considérée comme une urgence médicale nécessitant un traitement immédiat.

Causes courantes de la hernie hiatale

La cause d’une hernie hiatale n’est pas toujours claire. Il se peut que vous soyez né avec un hiatus inhabituellement important ou que l’âge, la chirurgie ou une blessure physique ait affaibli l’intégrité de vos muscles du diaphragme.

De telles conditions peuvent prédisposer à une hernie hiatale, surtout si vous exercez une pression soudaine ou excessive sur les muscles autour du ventre. Il peut s’agir, par exemple, d’une toux chronique, du soulèvement d’objets lourds, de vomissements violents ou d’un effort lors d’une selle.

L’obésité est également un facteur contributif majeur. Les personnes en surpoids ou obèses ont une pression intra-abdominale plus élevée que celles qui ont un poids santé. Cette pression affaiblit les muscles du diaphragme tout en élargissant l’espace hiatal. Par conséquent, les personnes considérées comme obèses – définies comme un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30 – sont deux fois plus susceptibles d’avoir une hernie hiatale que celles dont l’IMC est inférieur à 25.

La même chose peut se produire pendant la grossesse, habituellement dans les derniers stades de la grossesse, car l’élargissement de l’utérus exerce une pression sur la paroi abdominale.

Les hernies hiatales ont tendance à toucher les personnes de plus de 50 ans. Bien que le tabagisme ne cause pas d’hernie hiatale, il peut exacerber les symptômes en relâchant le sphincter œsophagien inférieur (SIO) destiné à empêcher la nourriture et l’acide d’atteindre l’œsophage.

Diagnostic de la hernie hiatale

Il existe un certain nombre de tests courants utilisés pour diagnostiquer une hernie hiatale. Le choix qui vous convient dépend en grande partie du type et de la gravité de vos symptômes.

Parmi les outils de diagnostic les plus courants :

  • Les radiographies au baryum sont les tests les plus fréquemment utilisés pour diagnostiquer une hernie hiatale. Aussi appelée hirondelle barytée, elle exige que vous buviez un liquide crayeux qui recouvre les parois de votre œsophage et de votre estomac. Cela permet de mieux isoler les organes aux rayons X.
  • L’endoscopie supérieure est habituellement réservée aux personnes présentant des symptômes graves et récurrents ou des hernies para-œsophagiennes qui sont devenues symptomatiques. Il s’agit de l’insertion d’un endoscope flexible et lumineux dans votre gorge pour voir votre œsophage, votre estomac et votre duodénum.
  • Scanner : Il peut être commandé si une radiographie au baryum n’est pas concluante, et il peut s’agir d’un outil de diagnostic essentiel dans les situations d’urgence.

La manométrie à haute résolution (HRM) est une nouvelle technologie utilisée pour mesurer les contractions rythmiques de l’œsophage lorsque vous avalez. Cela peut donner à votre médecin une idée de la gravité de votre déglutition et de votre SIO, bien qu’il ne puisse pas diagnostiquer une hernie hiatale de façon définitive.

Traitement de la hernie hiatale

La plupart des symptômes d’une hernie hiatale peuvent être traités de façon conservatrice avec des médicaments en vente libre, des ajustements du mode de vie et des stratégies d’autogestion de la santé. La chirurgie est rarement nécessaire et n’est envisagée que dans les cas les plus graves.

Médicaments

Les médicaments en vente libre couramment utilisés pour traiter les symptômes de reflux comprennent :

  • Antiacides pour neutraliser les acides gastriques, tels que Tums, Rolaids et Gaviscon.
  • Les inhibiteurs des récepteurs H2 qui réduisent la production d’acides gastriques, comme le Tagamet (cimétidine) et le Zantac (ranitidine)
  • Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), qui sont plus forts que les bloqueurs H et comprennent Prevacid (lansoprazole) et Prilosec (oméprazole).

Des versions plus fortes des inhibiteurs H2 et des IPP sont disponibles sur ordonnance.

Changements de mode de vie

Les changements de mode de vie sont les comportements modifiables qui peuvent réduire la fréquence et la gravité des symptômes, notamment :

  • Commencer un programme approprié de perte de poids et d’exercice physique
  • Manger faible en gras et riche en fibres, ce qui est non seulement plus facile à digérer, mais peut aussi aider à soulager la constipation chronique.
  • Boire pas moins de huit verres d’eau par jour, ce qui peut prévenir la déshydratation et diluer les acides gastriques.
  • Éviter l’alcool et la caféine, qui favorisent le reflux.
  • Arrêter de fumer ; fumer affaiblit le LES

Chirurgie

La chirurgie peut être envisagée lorsqu’une hernie para-œsophagienne commence à causer des symptômes gastro-intestinaux. Le traitement précoce de la hernie, alors que l’espace hiatal est encore relativement petit, peut réduire considérablement le risque de complications postopératoires. Les hernies para-oesophagiennes symptomatiques sont presque toujours progressives.

La chirurgie de la hernie hiatale est généralement pratiquée sous anesthésie générale, en hospitalisation ou en consultation externe. De nombreuses interventions chirurgicales sont réalisées par laparoscopie (également appelée chirurgie du  » trou de serrure « ).

Une technique chirurgicale, connue sous le nom de fundoplication de Nissen, est pratiquée en enroulant la partie supérieure de l’estomac (appelée fond d’œil) autour de l’œsophage inférieur et en le cousant ou en l’agrafant en place. Cela renforce le sphincter œsophagien inférieur et, ce faisant, réduit le risque de reflux.

Vivre avec une hernie hiatale

Aussi aggravants que puissent être les symptômes d’une hernie hiatale, il existe des moyens de gérer les brûlures d’estomac et l’indigestion afin que vous n’ayez pas toujours besoin de prendre des antiacides. En plus de manger mieux et d’arrêter de fumer, il existe d’autres pratiques qui peuvent vous aider à mieux faire face si vous souffrez de symptômes de reflux chronique :

  • Le fait de s’asseoir debout sur votre chaise pendant que vous mangez permet aux aliments de passer en douceur entre l’œsophage et l’estomac.
  • Des morsures plus petites et une mastication plus longue peuvent faciliter la digestion en réduisant le besoin d’acide gastrique.
  • Éviter de manger trois heures avant le coucher permet de s’assurer que les aliments ont été digérés et sont moins capables de reflux.
  • Le fait de surélever la tête de votre lit de quatre à huit pouces peut réduire le risque de reflux pendant le sommeil.
  • Le fait d’éviter de porter des ceintures et des vêtements serrés diminue la pression sur la paroi abdominale supérieure, ce qui facilite la déglutition tout en réduisant le risque de reflux acide.

Conclusion

La plupart des hernies hiatales ne nécessitent ni prise en charge médicale ni surveillance. Si vous développez des symptômes, vous devez trouver des stratégies, au-delà des médicaments, pour vous aider à y faire face. Il n’y a pas deux cas semblables, et ce qui peut fonctionner pour quelqu’un d’autre peut ne pas fonctionner pour vous.

Concentrez-vous sur les changements que vous savez que vous devriez apporter à votre mode de vie, y compris mieux manger, faire de l’exercice régulièrement et perdre du poids. Si vous avez de la difficulté à atteindre vos objectifs, parlez à un nutritionniste ou à un entraîneur personnel expérimenté dans le syndrome métabolique et autres problèmes de poids.

Toutefois, si vos symptômes s’aggravent ou ne répondent pas au traitement conservateur, demandez à votre médecin de vous adresser à un gastroentérologue.