Toxoplasmose & grossesse : risque & traitement pour la femme enceinte et le bébé ?
4.6 (92.22%) 18 votes

La toxoplasmose est une infection causée par le parasite Toxoplasma gondii. Elle peut affecter le bébé et sa croissance pendant la grossesse.

Qu’est-ce que la toxoplasmose ?

La toxoplasmose est une infection provoquée par le parasite Toxoplasma gondii. Chez les femmes qui ne sont pas enceintes, il ne présente que peu de symptômes. En fait, beaucoup de gens ignorent probablement qu’ils l’ont déjà eue. Certaines personnes peuvent présenter des symptômes légers ressemblant à ceux de la grippe. Quelques-uns peuvent souffrir d’une maladie à plus long terme semblable à la fièvre glandulaire avec l’enflure des ganglions lymphatiques.

La toxoplasmose est normalement une maladie bénigne chez les personnes dont le système immunitaire est en bonne santé. Elle est en revanche dangereuse pendant la grossesse car elle peut nuire à votre bébé.

Le parasite se trouve dans la viande, les excréments de chat, le sol où les chats défèquent et le lait de chèvre non pasteurisé. Le parasite toxoplasmique peut infecter la plupart des oiseaux et des animaux à sang chaud, y compris les humains. Les chats sont les seuls animaux dont les selles peuvent être infectées. S’il a été infecté en mangeant des oiseaux, des souris ou d’autres viandes crues, les excréments infectieux du chat peuvent passer environ 14 jours avant d’être complètement évacués.

La toxoplasmose ne peut pas être attrapée simplement en caressant un chat ou en en ayant un comme animal de compagnie. L’infection provient spécifiquement du contact avec les excréments infectés d’un chat.

Quelle est la fréquence de la toxoplasmose ?

On estime la proportion de la population britannique qui seront infectés durant une période donnée de leur vie à un tiers voire, à la moitié du Royaume-Uni. Après avoir eu l’infection, vous êtes alors immunisé pour la vie – il est impossible que vous l’attrapiez à nouveau. Environ 2 000 femmes britanniques contractent la toxoplasmose chaque année pendant leur grossesse.

La plupart des femmes enceintes peuvent ne jamais prendre conscience qu’elles ont été infectées à moins de rencontrer des problèmes pendant leur grossesse. Cela signifie qu’elles doivent subir certains tests. Cependant, l’infection ne présente souvent aucun symptôme.

Les effets et risques de la toxoplasmose pendant la grossesse

La toxoplasmose ne cause habituellement aucun symptôme et dans la plupart des cas, une personne ne réalise pas qu’elle a attrapé l’infection. Elle peut engendrer des symptômes semblables à ceux de la grippe ou de la fièvre glandulaire, y compris parfois l’enflure des ganglions lymphatiques. Une fois qu’une personne a contracté la maladie, il est généralement admis qu’elle est protégée à vie, à moins qu’elle ne souffre d’une déficience de son système immunitaire.

Risques de toxoplasmose

La toxoplasmose ne constitue un risque pour le fœtus que  dans certains cas précis. Il faut soit qu’elle soit détectée pour la première fois pendant la grossesse soit qu’elle le soit quelques semaines avant que vous ne tombiez enceinte.

Si un bébé à naître attrape la maladie, on dit qu’il souffre de  » toxoplasmose congénitale « . Les dommages que l’infection peut causer dépendront du moment où vous avez contracté l’infection au cours de la grossesse.

Si vous attrapez la toxoplasmose pour la première fois pendant la grossesse, cela ne signifie pas obligatoirement que votre bébé sera infecté.

En moyenne, seules 4 sur 10 de ces infections se transmettront au bébé. Si elle survient pendant la grossesse, la toxoplasmose peut occasionner des fausses couches, la mortinaissance ou des dommages au cerveau ainsi qu’à d’autres organes du bébé, en particulier les yeux.

Cependant, la plupart des bébés nés avec une toxoplasmose n’ont pas de dommages évidents à la naissance. Ils développent en revanche des symptômes, généralement des lésions oculaires, pendant l’enfance ou même à l’âge adulte. Quelques-uns auront des symptômes plus graves comme la cécité ou des lésions cérébrales.

Comment la toxoplasmose est-elle attrapée ?

La toxoplasmose est attrapée en avalant tout ce qui est infecté ou contaminé par le parasite.

L’infection peut venir de :

  • Viande crue ou insuffisamment cuite (viande présentant des traces de rose ou de sang) et viande crue séchée telle que jambon de Parme ou salami
  • Fruits et légumes non lavés
  • Fèces de chat ou sol contaminé par des fèces de chat
  • Lait de chèvre non pasteurisé et produits laitiers fabriqués à partir de ce lait.

L’infection peut également être transmise :

  • Par le placenta si la mère est infectée (de la mère à l’enfant à naître).
  • Par l’introduction de matière infectée dans les fluides corporels humains ; par exemple, lors de l’agnelage, des éclaboussures de matière dans les yeux ou des coupures ouvertes.
  • A travers l’intermédiaire d’organes transplantés ou de produits sanguins provenant d’autres humains qui sont infectés par la toxoplasmose.
  • Par l’inhalation des œufs du parasite (possible mais très rare).

L’infection de personne à personne n’est pas possible, exception faite de la mère à l’enfant à naître.

Qui est à risque de toxoplasmose ?

Quiconque consomme quoi que ce soit d’infecté par le parasite est à risque. Les femmes enceintes qui travaillent la terre, dans la restauration ou dans l’agriculture peuvent courir davantage de risques car elles sont plus susceptibles d’entrer en contact avec le parasite. L’agneau présente un risque particulier pour les femmes enceintes.

Conseils pour éviter la toxoplasmose pendant la grossesse

  • Ne mangez que de la viande bien cuite (c’est-à-dire sans trace de sang ou de rose).
  • Evitez la viande crue et la viande séchée, comme le jambon de Parme.
  • Lavez-vous soigneusement les mains. Faites de même avec la planche à découper et les ustensiles après avoir préparé de la viande crue.
  • Lavez soigneusement tous les fruits et légumes avant de les cuire ou de les manger pour éliminer toute trace de saleté.
  • Évitez le lait de chèvre non pasteurisé et les produits laitiers qui en sont issus.
  • Portez des gants pour jardiner sans oublier de laver vos mains et vos gants par la suite. Si vous mangez en jardinant, lavez-vous d’abord les mains et essayez d’éviter de jardiner dans des endroits qui pourraient avoir été souillés par des excréments de chat.
  • Couvrez les bacs à sable des enfants pour éviter que les chats ne les utilisent comme litières.
  • Enlevez les excréments de la litière tous les jours en portant des gants de caoutchouc (ou demandez à quelqu’un d’autre de le faire), ébouillantez régulièrement les bacs avec de l’eau bouillante.
  • Si vous manipulez des bacs à litière, lavez soigneusement vos gants et vos mains par la suite.
  • Ne manipulez pas les brebis d’agnelage et n’apportez pas d’agneaux à la maison.

Puis-je changer le bac à litière pour chat pendant ma grossesse ?

Les chats sont les seuls animaux qui peuvent excréter ce parasite dans leurs matières fécales. Aussi longtemps que des précautions sont prises, les chats ne représentent pas de risque particulier pour une femme enceinte. Si vous manipulez des bacs à litière, lavez toujours soigneusement vos gants et vos mains par la suite.

Que dois-je faire si je pense avoir une toxoplasmose ?

La toxoplasmose n’est pas systématiquement testée pendant la grossesse au Royaume-Uni. Vous pouvez cependant demander un examen sanguin à votre médecin généraliste si vous pensez que vous vous êtes exposé à un risque ou que vous êtes préoccupée par les symptômes.

Le test sanguin recherche les anticorps – les défenses naturelles de l’organisme – contre l’infection. Cela peut prendre trois semaines avant que ces anticorps ne soient présents à la suite d’une infection. Ainsi, l’analyse de sang détectera uniquement une infection si vous l’avez eue pendant au moins trois semaines. Selon le type d’anticorps trouvés et selon la stabilité de leur taux, en hausse ou en baisse, il est possible de déterminer quand l’infection a eu lieu.

Les résultats peuvent vous parvenir au bout d’une semaine, ou plus s’ils ont été transmis à un laboratoire de référence en toxoplasmose.

Tests de dépistage de la toxoplasmose pendant la grossesse

Les tests sanguins de dépistage de la toxoplasmose peuvent être effectués à n’importe quel stade avant ou pendant la grossesse. L’analyse sanguine ne permet généralement de déceler une infection possible que dans les deux à trois semaines suivant un incident à risque. Il faut en effet parfois autant de temps avant que les anticorps ne soient détectables.

Le test sanguin consiste à prélever une petite quantité de sang sur la mère. Cet examen ne présente aucun risque pour l’enfant à naître. Le test sanguin vise à déterminer si certains anticorps indiquant une toxoplasmose sont présents ou non et. Si ces derniers sont présents, ils permettent de déterminer quand l’infection s’est produite.

Si les tests montrent que l’infection est récente ou actuelle, il y a un risque que le bébé soit contaminé. L’obstétricien ou l’omnipraticien proposera ses recommandations au sujet de toute autre mesure qui pourrait être nécessaire. Cela peut prendre plusieurs semaines avant que l’infection ne se transmette de vous à votre bébé. Le degré de risque et la gravité des dommages dépendent de la date à laquelle vous avez été infecté.

Si le test révèle une infection actuelle ou récente, le sang doit être envoyé par le laboratoire local au laboratoire de référence afin d’obtenir la confirmation et d’effectuer d’éventuelles analyses complémentaires.

Un petit pourcentage de tests semblera positif alors qu’en réalité une femme n’a jamais eu la maladie.

Si d’autres tests montrent que vous avez une infection actuelle ou récente, cela signifie que vous souffrez d’une infection toxoplasmique aiguë. D’autres mesures doivent être prises pour évaluer le risque de transmission de l’infection à votre bébé.

Si vous avez été infectée peu avant la conception

Une infection contractée peu avant la conception (quelques semaines avant la conception) comporte un risque de transmission de 1 % ou moins pour le bébé, mais il y a un risque de fausse couche si le bébé devient infecté.

Si vous avez été infecté au cours du premier trimestre (de la première à la douzième semaine)
L’infection contractée à ce stade de la grossesse comporte un risque de transmission au bébé d’environ 10 à 15 %. Un bébé infecté à ce stade risque de subir une fausse couche ou de naître avec des symptômes graves comme l’hydrocéphalie (eau dans le cerveau), des calcifications du cerveau ou une rétinochoroïdite (inflammation de la rétine).

Si vous avez été infecté au cours du deuxième trimestre (semaine 13 à 28)

L’infection contractée à ce stade de la grossesse entraîne un risque de transmission d’environ 25 %. Un bébé infecté à ce stade est moins susceptible d’occasionner une fausse couche, mais il court toujours le risque de développer des symptômes graves comme ci-dessus.

Si vous avez été infecté au cours du troisième trimestre (semaine 29 à 40)

Une infection contractée plus tard dans la grossesse est plus susceptible de se propager à votre bébé. Le risque de transmission peut atteindre 70 à 80 %, mais si des problèmes surviennent, ils sont moins susceptibles d’être aussi graves. La plupart des bébés infectés seront apparemment en bonne santé à la naissance, mais une grande proportion d’entre eux développeront des symptômes plus tard dans leur vie, généralement des lésions oculaires.

Savoir si le bébé a été infecté

D’autres tests peuvent être effectués pour déterminer si le bébé est infecté ou non, bien que les tests ne permettent pas de déterminer la gravité des dommages. Un obstétricien ou un omnipraticien peut expliquer les risques et les avantages de ces tests.

L’amniocentèse est une technique où le liquide amniotique est prélevé à partir d’une aiguille fine plantée dans le sac amniotique – le sac rempli de liquide autour du bébé.

La cordocentèse est une technique qui consiste à prélever un échantillon de sang du cordon ombilical du bébé.

Ces procédures présent 0,5 à 1 % risques de fausses couches. Elles sont normalement effectuées après 15 semaines de grossesse. Le liquide amniotique ou le sang du cordon ombilical est ensuite analysé au Laboratoire de référence Toxoplasma à l’aide d’une série de tests spécialisés.

Si le résultat est positif, le bébé sera considéré comme infecté. Les résultats doivent attendre généralement deux à cinq jours. Une échographie détaillée montrera s’il y a eu des dommages importants, comme l’hydrocéphalie (eau dans le cerveau). Une échographie qui ne montre aucun dommage, bien que rassurante, n’écarte cependant pas la possibilité que le bébé soit à la fois infecté et affecté.

Traitement de la toxoplasmose pendant la grossesse

Si vos résultats d’analyse sanguine sont positifs, on vous prescrira peut-être un antibiotique appelé spiramycine. Celui-ci réduit le risque que l’infection soit transmise de vous au bébé. La spiramycine ne fait que réduire le risque de transmission de la mère à l’enfant et n’est pas active contre le parasite. Il ne peut donc pas limiter les dégâts si un bébé a déjà été infecté.

Si le bébé est infecté, une combinaison de pyriméthamine et de sulfadiazine peut être prescrite. Il s’agit d’antibiotiques plus puissants qui aident à limiter les dommages causés au bébé. Néanmoins, une fois de plus, ils ne peuvent réparer aucun dommage.

À 20 semaines, une échographie peut également mettre en évidence tout problème physique évident chez le bébé. L’interruption de grossesse doit également être envisagée pour certaines femmes, lorsqu’un bébé infecté présentant de graves problèmes de développement a été confirmé.

Tous les bébés nés de femmes présentant une toxoplasmose confirmée pendant la grossesse seront suivis de près par des pédiatres et feront l’objet d’analyses sanguines au cours de leur première année.

Effets secondaires des traitements

La spiramycine est utilisée couramment en France afin de traiter la toxoplasmose pendant la grossesse, à ce jour sans trop d’effets indésirables connus. Les experts considèrent qu’il est sécuritaire de l’utiliser pendant la grossesse lorsqu’un bébé présente des risques. Les femmes qui prennent de la spiramycine ressentent parfois des effets secondaires comme des nausées ou des éruptions cutanées. La pyriméthamine et la sulfadiazine peuvent avoir des effets secondaires chez la mère et le bébé. Ceux-ci sont liés à la production de globules rouges. Bien qu’ils ne soient normalement pas prescrits pendant la grossesse, ils peuvent être utilisés dans certaines circonstances extrêmes. Ils sont pris avec de l’acide folinique, ce qui aide à atténuer les pires effets secondaires.

Tous les bébés nés d’une femme ayant eu une infection récente ou actuelle pendant la grossesse devraient subir un examen physique complet après leur naissance. Celui-ci devrait être suivi d’analyses sanguines pendant la première année de la vie du bébé.

Traitement après la naissance du bébé

Échantillon de sang

Un échantillon de sang devrait être prélevé sur les bébés à risque peu après leur naissance. Un échantillon de sang doit également être prélevé sur vous pour comparer les niveaux d’anticorps spécifiques entre vous et votre bébé.

Des tests seront effectués pour rechercher différents types d’anticorps contre la toxoplasmose dans le sang du bébé. Votre bébé porte une partie de vos anticorps, donc un résultat positif est attendu sans être nécessairement alarmant. Si d’autres anticorps sont présents, cela peut indiquer que votre bébé est infecté.

Autres contrôles/examens

Les bébés dont on sait qu’ils risquent de présenter une toxoplasmose congénitale devraient faire l’objet d’un dépistage des signes de dommages neurologiques. Les yeux doivent être examinés par un ophtalmologiste (spécialiste de la vue) de préférence, afin de déceler tout signe inquiétant. Un suivi à long terme par un ophtalmologiste peut s’avérer nécessaire si une lésion oculaire est confirmée.

L’état de santé général de votre bébé sera également vérifié. S’il est possible que le bébé souffre de lésions cérébrales, des radiographies spéciales de la tête devraient être effectuées pour vérifier la présence de calcifications, d’hypertrophie ventriculaire ou de toute autre anomalie.

Traitement pour les bébés infectés par la toxoplasmose

Si les analyses sanguines montrent que votre bébé a été infecté, des antibiotiques peuvent être prescrits, même lorsque votre bébé ne présente aucun symptôme. Le traitement peut parfois être poursuivi durant une année entière afin de prévenir ou de limiter les lésions oculaires qui peuvent survenir plus tard.

Tests/examens complémentaires

Un échantillon de sang prélevé tous les quelques mois, jusqu’à l’âge d’un an, peut indiquer si le taux d’anticorps de votre bébé est en baisse. À cet âge, le niveau devrait être complètement négatif. Cela signifie que votre bébé aura perdu les anticorps que vous lui avez transmis et qu’il n’est pas infecté. Lorsque l’échantillon de sang de votre bébé est complètement négatif aux anticorps, cela signifie qu’il n’est certainement pas infecté de façon congénitale. Une baisse du taux d’anticorps est un bon signe, mais elle n’est pas concluante. Ainsi, les tests doivent se poursuivre jusqu’à ce que le taux d’anticorps soit complètement négatif.

L’allaitement maternel pendant la toxoplasmose

L’allaitement maternel est sans danger si vous avez une toxoplasmose, la maladie ne peut pas être transmise de cette façon. Vous transmettez également des anticorps supplémentaires à votre bébé, ce qui renforce son système immunitaire. L’allaitement est donc recommandé, à moins que vous ne receviez un traitement à la pyriméthamine. Ce médicament doit être changé avant l’allaitement.

Politique du gouvernement britannique en matière de dépistage de la toxoplasmose
Le National Screening Committee du Royaume-Uni a récemment déclaré que le dépistage de la toxoplasmose pendant la grossesse ne devrait pas être proposé de façon routinière, car il n’y a pas suffisamment de preuves qu’il serait utile…

Le Comité suggère que le dépistage prénatal serait un meilleur moyen de contrôler la toxoplasmose que le fait d’amener les femmes enceintes à éviter la viande insuffisamment cuite ou saumurée. Il faudrait également selon eux communiquer davantage sur les meilleurs moyens d’éviter l’infection.