Symptômes ménopause : les atténuer grâce à la pleine conscience ?
4.7 (93.33%) 15 votes

Plusieurs études ont montré que la pleine conscience peut contribuer à une meilleure santé psychologique.

Le mot « pleine conscience » est un véritable phénomène de mode ces dernières années, mais qu’est-ce que c’est exactement ?

En termes simples, c’est la capacité d’une personne à se concentrer sur le moment présent.

Malheureusement, nos esprits errent trop souvent dans le passé ou dans l’avenir – et nous pouvons ainsi facilement devenir stressés.

Quand nous sommes conscients, nous observons plutôt nos pensées sans jugement ; nous devenons plus conscients de qui nous sommes, et nous apprenons à apprécier le présent.

La pleine conscience peut-elle aider pendant la ménopause ?

La ménopause est le moment de la vie d’une femme où ses règles cessent, marquant la fin de ses capacités de reproduction. La plupart des femmes atteignent la ménopause entre 45 et 55 ans.

Les femmes ménopausées peuvent aussi souffrir de bouffées de chaleur, de changements d’humeur, d’anxiété et de dépression.

Selon le Congrès américain des obstétriciens et gynécologues, environ 6.000 femmes atteignent la ménopause chaque jour aux États-Unis, et ils estiment que d’ici 2020, le nombre de femmes âgées de plus de 55 ans sera 46 millions.

A mesure que l’espérance de vie augmente, de nombreuses femmes passeront jusqu’à la moitié de leur vie au stade postménopausique. Compte tenu de ces chiffres, il devient de plus en plus important de trouver des moyens de soutenir les femmes ménopausées face à cette phase délicate de leur existence.

D’après une étude de Mayo Clinic parue dans Climacteric : Le Journal of the International Menopause Society a découvert que la pleine conscience peut aider les femmes à éprouver avec moins d’intensité les symptômes ménopausiques.

« Dans cette étude, nous avons constaté que les femmes d’âge mûr ayant des scores de pleine conscience plus élevés présentaient moins de symptômes ménopausiques « , a déclaré le Dr Richa Sood, interniste générale à la Clinique Mayo, spécialiste de la santé des femmes et auteur principal de l’étude.

La pleine conscience comme traitement

Environ 1 700 femmes âgées de 40 à 65 ans ont participé à l’étude ; la clinique de santé des femmes, qui se trouve à la clinique Mayo, à Rochester les a soignées entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016.

Les participants ont chacun rempli des questionnaires qui évaluaient leurs symptômes, le niveau de stress qu’ils percevaient par eux-mêmes et en état de pleine conscience.

Les résultats ont montré que les femmes ayant des scores de pleine conscience plus élevés présentaient moins de symptômes – cependant l’impact de la pleine conscience n’était pas le même sur tous les symptômes. Les chercheurs n’ont pas expérimenté l’impact positif de la pleine conscience sur une baisse des bouffées de chaleur et des symptômes de transpiration, par exemple.

Le Dr Sood croit que la raison pour laquelle la pleine conscience n’a eu aucun effet sur ces symptômes spécifiques est qu’ils sont davantage liés à la personnalité individuelle. La pleine conscience a eu un effet positif sur les scores de symptômes d’irritabilité, de dépression et d’anxiété chez les femmes ménopausées d’âge moyen.

« Le but dans les moments d’attention n’est pas de vider l’esprit, mais de devenir un observateur de l’activité de l’esprit tout en étant bon envers soi-même. La deuxième étape consiste à créer une pause. Respirez profondément et observez votre propre espace, vos pensées et vos émotions sans porter de jugement. Le calme qui en résulte aide à réduire le stress « , explique le Dr Sood.

En conclusion, l’équipe de recherche affirme que ses résultats sous-entendent une certaine importance de  la pleine conscience en tant qu’outil pour aider les femmes ménopausées aux prises avec l’anxiété et la dépression.

Le Dr Sood professe que le domaine de recherche a besoin d’effectuer davantage d’études pour confirmer l’efficacité de cette méthode. Cependant, nous savons désormais que la pleine conscience est bénéfique pour la santé psychologique. Les médecins pourraient donc commencer à discuter de son utilisation comme thérapie potentielle pour les femmes ménopausées.