Comment se déroule une augmentation mammaire ?
4.5 (90.91%) 11 votes

Les exigences esthétiques vis-à-vis de la poitrine ont considérablement évolué ces dernières années. Le volume des seins a toujours été une préoccupation pour de nombreuses femmes, qui ne parviennent pas à être fières de leur silhouette. La chirurgie d’augmentation mammaire est l’intervention la plus pratiquée à travers le monde et permet désormais d’obtenir des résultats naturels, s’accordant parfaitement à la morphologie des patientes.

I) L’augmentation mammaire

L’hypoplasie mammaire concerne les seins hypotrophiques, qui ne sont pas assez développés. La plupart du temps, cela est dû à un développement trop faible de la glande mammaire durant la puberté. Néanmoins, il est aussi possible d’observer une perte importante de volume après un allaitement ou une grossesse.

L’augmentation mammaire par prothèse vise à donner du volume à la poitrine tout en préservant un résultat naturel par rapport à la silhouette de la patiente. Différents types d’implant peuvent être employés :

  • Les implants en silicone à base de sérum physiologique : le sérum est injecté par une valve après l’installation de la prothèse. Cette substance ne présente pas de danger et est assimilée par le corps en cas de rupture
  • Les implants en silicone à base de gel : la solution la plus moderne à disposition, le gel est conçu pour ne pas se répandre dans le corps en cas de rupture

D’autres paramètres rentrent en compte dans le choix des implants :

  • Leur texture : texturé (avec une meilleure adhérence) ou lisse (de moins en moins utilisé)
  • Leur forme : ronde, anatomique ou asymétrique

C’est à l’issu d’un échange approfondi avec le chirurgien qu’un choix s’orientera vers l’un plutôt que l’autre, selon les résultats souhaités.

Pour les cas d’hypoplasie accompagnés d’une ptose mammaire, il est possible de réaliser simultanément une intervention de lifting mammaire permettant de remettre en tension la peau et d’optimiser le résultat de l’augmentation.

II) La consultation pré-opératoire

Lors de la première consultation, plusieurs paramètres sont évalués par le chirurgien : votre poids, votre musculature, votre taille. Selon ces critères, et au regard du résultat souhaité par la patiente, un type d’implant particulier sera sélectionné.

C’est aussi un moment d’échange privilégié avec votre praticien, il est primordial d’évoquer clairement vos attentes, vos réticences et vos questions. Selon le contexte anatomique, le chirurgien vous exposera le déroulement de l’intervention, l’emplacement des cicatrices ainsi que la position de la prothèse.

III) Déroulement de l’intervention

Pour la pose de prothèse, 3 incisions différentes sont possibles pour le chirurgien :

  • Cicatrice sous mammaire : l’incision est située en dessous du sein
  • Cicatrice aréolaire : dans le segment inférieur de la circonférence de l’aréole
  • Cicatrice axillaire : sous le bras au niveau de l’aisselle

La prothèse peut être placée selon deux positions différentes :

  • Rétromusculaire : derrière le muscle grand pectoral, cela permet de dissimuler au mieux la prothèse et de garantir une meilleure tenue
  • Prémusculaire : derrière la glande mammaire, soit au-devant du grand muscle pectoral

IV) Suites opératoires

L’intervention dure plusieurs heures et nécessite une anesthésie générale. Durant les jours suivant, la patiente peut ressentir quelques douleurs, calmées par la prise d’antalgiques.

L’œdème apparaît dès les premiers jours mais se résorbe peu à peu, laissant apparaître le résultat définitif de l’augmentation mammaire.

Au bout d’une semaine, le pansement est enlevé et un soutien-gorge de contention doit être porté constamment pendant 3 semaines. Le retour à la vie socio-professionnelle peut se faire après une semaine, la reprise des activités sportives en revanche nécessite 1 à 2 mois.

V) Résultats

Le résultat est observable immédiatement, mais il faut attendre que les seins s’assouplissent progressivement pour aboutir au résultat final après 3 mois. La nouvelle poitrine apporte satisfaction et un sentiment de fierté, la confiance en soi est ravivée.

Des consultations post-opératoires permettent un suivi de l’évolution de la prothèse, afin de s’assurer de sa bonne acceptation par le corps.

Leave a comment