Symptômes et traitements du kyste ovarien
4 (80%) 27 votes

Le kyste ovarien est une maladie dont sont concernées moins de 10 % des femmes. Il s’agit en fait d’une grosseur anormale qui se trouve au niveau des ovaires. Plus précisément, un kyste ovarien est une tuméfaction qui renferme un certain liquide qui se développe principalement sur les ovaires.

La plupart du temps, les kystes ovariens sont tous bénins. Nous ne sommes donc alertés par aucun signe de leurs existences. Toutefois, dans certains cas, ces tumeurs bénignes deviennent trop grosses ou nombreuses, et nécessitent d’être retirées.

            Les symptômes du kyste ovarien

Généralement, dans 50 % des cas, le kyste ovarien ne donne aucun signe particulier de sa présence, il reste donc sous un état latent. On le détecte souvent sans s’y attendre, lors d’un examen médical ou d’une échographie pour des raisons tout autres.

Dans les 50 % de cas restant, quelques signes peuvent se manifester pour indiquer la présence de kyste : des douleurs pelviennes (au niveau inférieur du bassin), d’un seul côté du corps et dont la sensation est assez similaire à de la pesanteur. Mais également pas des métrorragies : saignements génitaux hors périodes de règles. Ou simplement des envies fréquentes d’uriner, mais avec seulement une petite quantité d’émission d’urine. On note aussi les troubles digestifs par compression.

Le traitement du kyste

Traitement du kyste fonctionnel :

Après détection d’un kyste fonctionnel, généralement le médecin programme une entrevue 1 à 3 mois après le premier rendez-vous, pour vérifier si le kyste en question a disparu. Notons que certains traitements, dont ceux à l’estrogène, sont fortement déconseillés et ne possèdent aucune action capable de faire disparaître le kyste. En effet, le kyste fonctionnel a plus de chance de disparaître par lui-même.

Traitement du kyste organique :

Si ce type de kyste est détecté, le chirurgien va utiliser un endoscope pour voir le péritoine et vérifier la présence du kyste, c’est la cœlioscopie. Suite à cela, il peut soit prélever soit opérer le kyste. Si la femme a déjà atteint la ménopause, ou si le kyste est beaucoup trop volumineux, le chirurgien se doit d’enlever le kyste, l’ovaire, et peut-être même la trompe.

La laparotomie (ouverture du ventre), ne peut pas être pratiquée si l’on a des doutes sur le kyste. Cette méthode est surtout utilisée pour voir s’il s’agit d’un cancer de l’ovaire ou non. Dans certains cas, il peut également s’agir d’une endométriose. Ainsi, un traitement hormonal est administré pour mettre les ovaires au repos pendant quelques mois. De cette manière, les kystes pourront diminuer de taille et l’opération pour les retirer sera plus évidente.

Traitement préventif du kyste

Pour prévenir la formation d’un kyste ovarien, il est souvent recommandé de consommer de la bromélaïne en traitement préventif. En effet, grâce à son action sur les œdèmes, la bromélaïne est efficace sur les kystes liquides comme les kystes fonctionnels des ovaires. De même sur d’autres types de kystes, dont ceux des seins et des glandes de Bartholin. Qui plus est, toujours concernant les ovaires, cette substance aide à améliorer l’état du syndrome polykystique des ovaires. Bien que les études scientifiques sur les propriétés de la bromélaïne n’aient été que très peu nombreuses, un grand nombre de femmes approuvent l’efficacité de ce composé naturel pour la prévention des kystes.