Hypertension artérielle : quel avenir pour les soins à domicile?
4.9 (98.46%) 26 votes

Cliniciens et chercheurs ont élaboré et mis à l’essai un nouveau programme de prestation de soins à domicile. Le nouveau système a aidé 81 % des participants à contrôler avec succès leur tension artérielle.

La tension artérielle est la force du sang qui pousse contre les parois des artères.

La tension artérielle augmente et diminue tout au long de la journée, mais elle peut être dangereuse si elle reste élevée pendant une trop longue période.

L’hypertension artérielle, ou hypertension, augmente le risque d’affections dangereuses pour la santé, comme les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, l’insuffisance cardiaque chronique et les maladies rénales.

D’après les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), environ 75 millions d’adultes aux États-Unis souffriraient d’hypertension artérielle. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 62 % des affections vasculaires cérébrales et près de la moitié des cardiopathies ischémiques sont attribuées à une pression artérielle élevée.

En 2014, l’hypertension artérielle constituait une des causes principales ou contributives de décès pour plus de 410 000 personnes aux États-Unis. Malgré les dangers de cet état de santé, seulement près de la moitié des personnes vivant avec l’hypertension surveillent réellement  de près leur tension artérielle.

L’étude Esteban a été réalisée par Santé publique France en 2014-2016. Elle a permis d’estimer la prévalence de l’HTA à 30,6 % chez les adultes de 18 à 74 ans résidant en France métropolitaine. Seule une personne hypertendue sur deux (55,5 %) avait connaissance de sa maladie et un peu moins d’une personne hypertendue sur deux (47,3 %) était traitée par un médicament à action antihypertensive. Parmi les personnes traitées, la moitié (49,6 %) avaient une pression artérielle contrôlée.

Une nouvelle approche de la maîtrise de l’hypertension

Des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital de Boston (Massachusetts) ont mis au point un programme à domicile pour améliorer les taux de contrôle de l’hypertension à un coût moindre que les programmes traditionnels appliqués en établissement de soin. Les résultats ont été publiés dans la revue Clinical Cardiology.

L’équipe de chercheurs a inscrit 130 personnes au programme. Celles-ci ont été recrutées dans une clinique de soins primaires de Brigham ainsi qu’à la clinique cardiovasculaire Watkins de Brigham. Au moment du recrutement, la tension artérielle des participants n’était pas sous contrôle.

Les chercheurs ont enseigné aux participants comment utiliser un tensiomètre bluetooth et leur ont demandé de mesurer leur tension artérielle à domicile deux fois par jour en double.

Le programme a aidé 81 % des participants à maîtriser leur tension artérielle en moins de deux mois.

« Il s’agit d’un résultat remarquable, surtout si l’on tient compte du délai très court dans lequel le contrôle a pu être effectué: une moyenne de 7 semaines « , déclare le Dr Naomi Fisher, directrice des services d’hypertension artérielle et de la clinique spécialisée d’hypertension artérielle de Brigham.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les chercheurs ont combiné plusieurs stratégies novatrices pour créer le programme. Tout d’abord, l’appareil de tension artérielle compatible Bluetooth transmettait automatiquement les mesures dans les dossiers médicaux électroniques des participants.

Chaque personne avait également accès à des  » navigateurs de patients  » non médecins qui avaient reçu une formation sur l’utilisation d’algorithmes cliniques spécialement conçus. Des spécialistes ont mis au point ces algorithmes qui permettent d’évaluer la personne et de s’assurer qu’elle reçoit la bonne dose de médicament.

« La méthode classique de traitement de l’hypertension par les visites traditionnelles chez le médecin n’est ni efficace ni durable. »

Auteur : Naomi Fisher

Bien que cette étude pilote ait donné d’excellents résultats, l’équipe espère être en mesure d’élargir le programme dans un proche avenir pour s’assurer que la méthode continuera de fonctionner sur une période plus longue et qu’elle pourra être efficace chez d’autres groupes de personnes.

Les chercheurs estiment que cette nouvelle approche réduira considérablement les coûts de la maîtrise de l’hypertension et préviendra le risque d’états de santé dangereux liés à l’hypertension artérielle.

« La mise au point de solutions novatrices pour gérer l’hypertension de façon efficace et efficiente, et ainsi réduire l’importance du risque cardiovasculaire dans des populations plus nombreuses, est essentielle. Les organisations peuvent et doivent développer et adopter des technologies novatrices pour créer des solutions durables destinées au contrôle de l’hypertension « , conclut M. Fisher.