Dépression : quels sont les signes d’alertes ?
4.9 (98.89%) 36 votes

La dépression est une maladie qu’il ne faut pas confondre avec le « coup de déprime ». Caractérisée par un changement dans la manière d’exprimer ses émotions, dans son comportement, la dépression est une maladie (avec un début et une fin).

Dépression : quels symptômes ?

Une personne qui « fait » une dépression éprouve un sentiment profond de désespérance, pas un sentiment fugitif de découragement comme un « coup de déprime ». Tout le monde peut faire une dépression un jour ou l’autre. Rien n’en protège. Cela dit, certaines personnes sont plus vulnérables que d’autres.

La dépression peut s’installer sans aucune cause extérieure, sans raison apparente, ou en « réaction » à une situation particulière, à un événement brutal, par perte de la capacité d’adaptation. Les symptômes sont variables, mais certains très évocateurs troubles du sommeil et de l’appétit, ralentissement intellectuel et moteur, expression plus morne » du visage, faible estime de soi, grande fatigue, impossibilité de se projeter positivement dans l’avenir, pleurs…

On peut remarquer un retrait social, un refus de rencontrer les autres, de l’irritabilité, de l’impatience.

Ces symptômes peuvent se retrouver à tous les âges. Mais il existe des particularités propres à certaines périodes de la vie.

Chez l’enfant : Il faut être alerté par un retard du développement, un retard scolaire, une tendance soudaine à l’isolement, parfois des phases d’agitation et moments de fatigue, sommeil et appétit perturbés.

Chez l’adolescent : Il convient d’être vigilant en cas d’agressivité (l’ado ne l’était pas jusqu’alors), de fugues. On doit toujours s’inquiéter si l’adolescent se met à boire avec excès, à fumer etc. Autre signe d’alarme : un jeune qui n’a plus d’amis (l’adolescence est l’âge des copains). Cela indique une perte des capacités d’adaptation. Et puis tout geste à caractère suicidaire, quel qu’il soit, même léger et ne mettant en aucune manière la vie en danger, doit toujours être pris très au sérieux. Il ne faut jamais banaliser ce geste de « demande d’aide » même s’il paraît « explicable » (après un échec) ou dérisoire. Il faut savoir que, chez les 15-25 ans, le taux de tentatives de suicide est plus élevé que chez l’adulte et continue d’augmenter.

Chez la jeune maman : Elle est connue sous le nom de « baby blues » ou de dépression post-partum​. Elle concerne énormément de jeunes mamans et se traduit par une grande fatigue physique, du stress, des insomnies etc. Il convient de surveiller de près et d’être vigilant les premiers mois, car beaucoup de femmes sont touchées.

Chez les personnes âgées : La dépression est trop souvent méconnue. En effet, les symptômes sont mis sur le compte de l’âge. C’est ainsi que, « contrairement à une idée fausse et bien ancrée, la tristesse chez une personne âgée doit inquiéter, car ce n’est pas une fatalité » explique Marc Verdon du site Journal des Seniors. De même, des troubles de la mémoire ne sont pas à mettre systématiquement sur le compte de l’âge. Ils peuvent, comme la tristesse, être un symptôme de dépression.

Et les risques ?

La dépression, ça se soigne. Les traitements (médicaments, soutien psychologique) doivent être adaptés à l’intensité et à la gravité de la dépression. Le risque suicidaire vient, bien sûr, en tête des préoccupations, car des tentatives demeurent toujours possibles, même sans qu’il y ait eu manifestation préalable d’idées suicidaires.

Autres risques importants : la désocialisation chez les personnes vulnérables qui ont une personnalité peu « adaptable » et le passage à la chronicité.

Que conseiller ?

Lorsqu’il y a des signes de dépression, il faut absolument consulter. On n’est pas un bon juge pour soi-même et l’on n’est pas bon juge pour les proches. Un « médiateur » (un médecin) est souvent indispensable. Il faut accepter de se faire aider quand on en a besoin.

A retenir sur la dépression

  • Quand les symptômes de désespoir, de lassitude persistent, il s’agit d’une dépression.
  • Une rupture nette avec le comportement habituel doit alerter.
  • L’adolescence et la vieillesse sont des âges à risque.