Pharmacien adjoint auto-entrepreneur = Gagner plus en coûtant moins !

Imprimer cet article Imprimer cet article

Encore un post qui nous vient directement d’une expérience vécue il y a quelques jours par Sandra, mon associée.

Objectif

Travailler en temps partiel en officine en même temps qu’en créant notre entreprise Remedeo.

Problème

Plus on est dans l’officine, moins on est sur Remedeo.

Moins on est sur Remedeo, moins on produit…

Moins on produit, plus nous sommes loin de la version Bêta…

Plus nous attendons la version Bêta, plus nous attendrons le premier partenariat…

Et pas de partenariat, pas de ressources !

Donc, plus nous devrons bosser longtemps en officine… Bref, vous aurez compris, il faut rentabiliser notre temps en officine !

Solutions

1- Apporter une forte Valeur Ajoutée à l’officine

2- Bien négocier son coefficient

3- Trouver une idée pour gagner plus et coûter moins…

On parlera des 2 premiers points dans un futur post, le dernier est le sujet de ce post : Coûter moins et Gagner plus !

Sandra débarque ce soir dans nos bureaux en me tendant ce petit papier :

Sandra est habituellement payée au coefficient 550, elle cherche un emploi pour 10 heures hebdomadaire.

Le coût horaire global pour le titulaire comprend le salaire brut (22,29 €), ses congés payés (2,229 €), les charges patronales à 40%, bref une approximation globale à 34,33 €.

Comment utiliser ces 34,33 € ?

Si Sandra est salariée, elle percevra à peu près 17,16 € soit… la moitié de son coût !

Existe t-il en France une solution alternative à ce salariat pour exercer un emploi dans une structure, et à temps partiel ?

Et c’est à cet instant là, pendant son entretien avec un titulaire cet après-midi, que l’idée a germé, … mais au fait, et le statut d’auto-entrepreneur ! (NDB : elle utilise par ailleurs ce statut pour ses séances de consulting pour un groupement pharmaceutique)

Reste à valider la possibilité avec l’Ordre National des Pharmaciens !

Alors faisons le calcul maintenant, Sandra facture 34,33 € à la titulaire en tant que travailleur indépendant sous le statut d’auto-entrepreneur.

Après avoir déduit ses charges (à 18,3% pour une activité libérale), Sandra gagnera pour chaque heure passée en officine … 28,03 € !

Soit une augmentation nette de… plus de 63% !!!!

Et je ne parle pas du taux d’imposition préférentiel (2,2% sur le CA vs 5,5% sur tranche entre 5,8 et 11,6 K€ de revenus) ni de l’A.C.R.E. ! Rappelons tout de même, que l’indépendant doit souscrire de son côté et à ses propres frais à un OCAM (NDB : Organisme Complémentaire d’Assurance Maladie)  et que le plafond annuel est à 32 000 €.

Je ne sais pas pourquoi mais je sens que si l’info circule bien, d’ici quelques mois tous les pharmaciens intérimaires vont… créer leur entreprise !

Qu’en pensez-vous ?

Inscription

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez les mises à jour:

13 Réponses à “Pharmacien adjoint auto-entrepreneur = Gagner plus en coûtant moins !”

  1. David dit:

    C’est ce qui est prévu ! ;)

    Répondre

  2. Remedeo dit:

    Prévu pour toi cet été ?

    Répondre

  3. Remedeo dit:

    Dans tous les cas, d’ici la fin de la semaine : un modèle de contrat à personnaliser pour tous les pharmaciens qui veulent se lancer et les procédures à mettre en oeuvre (Ca prend juste quelques minutes et c’est gratuit) !

    Répondre

    • Nathalie dit:

      Bonjour

      Je reprends un ancienne conversation.
      Je suis en train de passer au statut de pharmacien free-lance en utilisant la SARL de mon ancienne pharma cédée il y a bientôt 2 ans.
      Vous parliez de mettre en ligne un modèle de contrat mais je ne l’ai pas trouvé et je suis très intéressée.
      Merci d’avance pour votre réponse.

      Répondre

  4. Hugo dit:

    Très intéressant même effecitvement… Surtout la partie « application aux étudiants » ! Mais comment organiser ça avec un titulaire pour un job de 2 mois ? Que dire au titulaire ? Et plus généralement comment créer ce statut et faire en sorte d’être employé en indépendant plutôt qu’en salarié ?
    Désolé pour toutes ces questions, mais ça m’intéresse bien…

    Répondre

  5. Hugo dit:

    Si effectivement vous pouviez mettre ça en ligne, ça me serait enormment utile, et pour d’autres aussi je pense… Un grand merci !

    Répondre

  6. Gigi dit:

    Ok c’est très intéressant pour l’employé mais pourquoi un titulaire choisirai un travailleur indépendant qui peut s’en aller n’importe quand plutôt que quelqu’un sous contrat qu’il peut garder?
    Quels sont les avantages financier pour le titulaire?
    En tout cas, Travailleur indépendant peut être une bonne alternative à l’interim en pharmacie….

    Répondre

  7. Sandra dit:

    En réponse au commentaire de Gigi…
    Tout d’abord, toute solution présente ses limites et n’est pas valable dans tous les cas de figure, celle-ci en est un exemple parmi d’autres…
    Je ne crois pas que l’argument en faveur du salariat tienne en la mise en place d’un contrat afin de retenir son collaborateur. On sait bien qu’un préavis peut-être écourté, si la collaboration n’est plus possible pour les deux parties.
    En revanche, tu dois vouloir parler de l’engagement mutuel traduit par le contrat. Celui-ci peut-être retranscrit sous une autre forme dans une relation Client / Fournisseur par la signature d’un devis pour une prestation de service.
    Ce que je trouve particulièrement intéressant dans la solution exposée ci-dessus, outre ses bénéfices économiques (valables avec le statut d’Auto-entrepreneur), c’est le fait qu’elle repense la collaboration entre les pharmaciens au sein d’une Officine.
    La relation Employeur / Employé est transformée en une relation de partenaire Client / Fournisseur.
    – Ainsi, l’adjoint, devient partenaire, et peut-être plus apte à exprimer sa complémentarité avec le pharmacien titulaire. L’auto-entrepreneur devient fournisseur… Tout entrepreneur sait que la préoccupation principale est la satisfaction des clients. En conséquence, il doit satisfaire le titulaire pour lequel il travaille.
    – D’un autre côté, le fournisseur peut choisir d’arrêter de travailler avec ses clients si il ne partagent pas la même vision…

    Répondre

  8. Remedeo dit:

    Mon prochain post expliquera comment faire pour le contrat pour un job de 2 mois ou plus mais aussi comment créer le statut, etc.
    C’est une opération Gagnant / Gagnant :
    Que dire au titulaire ?
    Au lieu de négocier un coefficient 550 (qui lui coûte 34 € et que toi il te rapportes 17 €), vous négociez une prestation horaire entre les deux, soit autour des 30 € !
    – Il gagne la paperasserie et les frais de son expert-comptable
    – Tu gagnes sur ta rémunération finale
    Bref, ça intéresse autant les titulaires que les pharmaciens (étudiants ou adjoints)…

    Répondre

  9. Zolpidiem dit:

    De bonnes idées dans tout ceci, bien que…
    Assistant depuis 1993, titulaire depuis 2003 à aujourd’hui, le partenariat proposé peut être intéressant, quoique je ne sois pas aujourd’hui vraiment sûr que notre préoccupation « principale » soit la satisfaction des clients.
    Depuis l’arrivée des boites de 3 mois de traitement, nous diminuons la fréquentation de nos officines et donc nous perdons en achats spontanés sur le 5.5 ou le 19.6, donc de mon côté je propose des « carottes » à mon équipe afin que ceux qui ont une vraie âme de vendeurs s’expriment et profitent de chaque ordonnance pour proposer des choses en plus avec diplomatie sous forme de conseils judicieux et adaptés et c’est ce petit plus qui fait malheureusement défaut à nombre d’assistants, préparateurs… car le panier moyen n’augmente pas si chacun ne travaille pas chaque client comme des commerciaux.
    Et ça on ne vous l’apprend pas à la Fac.
    Pour le statut d’auto-entrepreneur, sans être un salarié, j’utilise le même principe quand je fais appel à une société externe pour traiter mes recouvrements de factures de tiers-payant, ainsi pas de charges salariales, c’est une prestation de service, et je peux déduire une partie de ce que cela me coute.

    Répondre

  10. Raphael dit:

    Ce meme procédé pourrait-il s’appliquer aux préparateurs en pharmacie?
    Connaissant les problèmes de pénurie de candidat…
    Et les problème de salaires très bas des officines…
    Cela serait peut-être une solution pour satisfaire les 2 parties.
    Quel est votre avis?

    Répondre

Laisser une réponse

* Champs obligatoires